"Je ne veux pas de fanatiques dans mon pays"


par Andrea Krogmann |  20 de Fevereiro de 2015

Pour protéger Jean, nous mettons une photo de la paroisse de Gaza

Jean* a 29 ans. Ingénieur civil de formation, il a vécu en Egypte avant de rentrer à Gaza il y a quatre ans. Comme il ne trouve pas d'emploi, il a peur d'oublier tout ce qu'il a appris.


Jean* a 29 ans. Ingénieur civil de formation, il a vécu en Egypte avant de rentrer à Gaza il y a quatre ans. Comme il ne trouve pas d'emploi, il a peur d'oublier tout ce qu'il a appris.

Quels sont tes hobbies ? Comment occupes-tu ton temps libre ?

Il n'y a rien à faire à Gaza. La vie n'est pas belle, pas du tout. Il n'y a pas d'espoir, ni pour Gaza, ni pour la Palestine. Nous sommes préoccupés par nos problèmes quotidiens : électricité, eau, nourriture… et nous en oublions notre développement.

Tes amis, pensent-ils  comme toi ?

Oui.

T’intéresses-tu à l’actualité du pays ?

Je suis l'actualité, mais je ne peux pas parler de politique. Ici à Gaza, nous n'avons pas de liberté d'expression. En tant que chrétien, c’est même encore plus difficile, car nous sentons une certaine discrimination à cause de notre foi. A Gaza, je ne vais pas dire la vérité pour ne pas mettre ma vie en danger. Si je vais à l’étranger, je pourrai dire ce que je pense, à la condition de ne plus retourner à Gaza.

Parle-nous des membres de ta famille.

Mes parents ont vécu en Libye pendant une trentaine d'années. Quand ils sont rentrés à Gaza, l'argent gagné en Libye nous a permis d’avoir une bonne vie. Mon père est ingénieur électricien et il est très compétent dans son domaine. Mais quand il a pris sa retraite, la situation a dégénéré. J'ai une sœur et un frère. Mon frère a 33 ans, il a fait des études en "business administration". Comme moi, il est au chômage. Nous avons eu de bonnes notes à l'école et à l'université, nos parents ont dépensé tout leur argent pour nos études. Maintenant, il ne reste plus assez d'argent pour vivre et il n'y a pas de boulot.

As-tu une religion ? Si oui, quelle place prend-elle dans ta vie quotidienne ?

Jésus est le monde. La Bible est le meilleur livre et le plus saint du monde. C'est une religion d'amour et de la paix. Il n'y a pas de meurtre, ni de mal, surtout comparé à l'Islam. Si le nombre des musulmans augmente, ils vont détruire le monde, comme on peut voir en France ou en Italie. Là où il y a des musulmans, il y a des conflits et de la destruction. Bien sûr qu'il y a de bons musulmans ouverts, mais cette minorité ne réussira jamais à contrôler la majorité des fanatiques, on le voit bien ici.

Et maintenant, quels sont tes projets sur le plan personnel et professionnel ?

Je cherche du travail. Mais il n’y en a pas, surtout dans mon domaine d’ingénierie. Si je reste à Gaza, je vais tout oublier à cause du manque de pratique. C'est pour cela que je veux partir. J'ai essayé de trouver du travail aux Emirats, sans succès, parce que je suis d'ici. Si je reste, je n'aurai pas la possibilité de construire un futur, je deviens vieux et inutile, pour la société comme pour moi.

Pour finir et en quelques mots, que souhaites-tu à ce pays dans lequel tu habites ?

Je rêve qu'on jette tous les gens qui mélangent la politique et la religion. Je ne veux pas de fanatiques dans mon pays, je veux de la liberté, des gens ouverts, intéressés à la technologie. Et je rêve d'une vraie mixité. La séparation entre hommes et femmes n'est pas normale.

Moi, personnellement, je rêve de pouvoir porter ouvertement et librement un pendentif en forme de croix ainsi que d’avoir un tatouage.

* Le prénom a été changé

Oliveira Badawi, uma árvore com uma história milenar

Nas últimas décadas, Walajeh, pequena aldeia da Cisjordânia localizada ao sul de Jerusalém, na estrada que conduz a Belém, está passando por muitas mudanças devido à instabilidade geopolítica na região. Só esta oliveira parece ter preservado a sua existência inalterada por centenas, ou talvez milhares de anos.

A Gruta dos Sete Dormentes

Na Jordânia, um pouco a sueste de Amã, encontra-se Al Raqim. Na parede lateral deste outeiro suave situa-se uma antiga sepultura bizantina que se tornou um santuário islâmico. Este local celebra a fé incorruptível no único Deus e tem como referência uma antiga narrativa cristã, retomada em seguida pelo Alcorão. Trata-se da história dos Sete Dormentes. Vamos contá-la a vocês.

As árvores que fazem a história de Jerusalém

Símbolos de uma vida doada por Deus Criador, na Bíblia são citadas 22 espécies de árvores. Em Jerusalém, as árvores antigas são testemunhas da Escritura e algumas delas foram catalogadas pela associação israelense Keren Kayemeth LeIsrael - Fundo Nacional Hebraico. Pensemos nas oliveiras do Getsêmani. Mas há também outras árvores em lugares significativos da cidade.

Inauguração do Magdala Center

"Deus nos convida a sonhar grande. Assim nasceu o projeto de Magdala Center, como um sonho que Deus quís abençoar." Estas são as palavras do Padre Juan Maria Solana. Em 28 de maio, foi inaugurado o parque Arqueológico de Magdala com a dedicação do Centro de Espiritualidade "Duc in Altum". Um dia de grande alegria.