Letture

"Je souhaite tous les bienfaits de la culture à notre pays"


par Hélène Morlet |  24 novembre 2014

Nidal sur les collines de Naplouse qu'il affectionne tant ©D.R.

Nidal a 23 ans, il est né à Naplouse, en Palestine, et y habite toujours. Professeur de musique auprès d’enfants, il est aussi joueur d’oud, ce qui lui a permis de faire des concerts à l’étranger. Il souhaite pouvoir dynamiser la culture en Palestine, afin que tous ses bienfaits rejaillissent sur les Palestiniens.


Nidal a 23 ans, il est né à Naplouse, en Palestine, et y habite toujours. Professeur de musique auprès d’enfants, il est aussi joueur d’oud, ce qui lui a permis de faire des concerts à l’étranger. Il souhaite pouvoir dynamiser la culture en Palestine, afin que tous ses bienfaits rejaillissent sur les Palestiniens.

Nidal, quels sont tes hobbies ? Comment occupes-tu ton temps libre ?

Je suis musicien donc je passe l’essentiel de mon temps libre à chanter, danser et jouer de l’oud. C’est un instrument traditionnel que j’ai commencé à apprendre il y a 7 ans. Maintenant je joue dans trois groupes. Grâce à cela j’ai eu l’opportunité de voyager, ce qui est une grande chance : tous les étés depuis quelques années je passe un mois dans un autre pays pour faire des concerts avec mon groupe. J’ai été en Italie, au Ghana, en France… Cela m’a vraiment permis d’ouvrir mes horizons. À cause de la difficulté de se déplacer ici, on a souvent l’impression d’être dans une prison à ciel ouvert.

J’aime aussi beaucoup me promener ou simplement jouer de la musique dans la nature. J’habite sur les collines qui entourent Naplouse, et j’ai donc toujours vécu dans la montagne. C’est là que je me ressource.

Qui sont tes amis ? Sont-ils similaires ou différents de toi ?

J’ai beaucoup d’amis, car lorsque l’on joue de l’oud, il est très facile de lier contact avec les gens. Quand je me promène dans la rue avec, les gens m’arrêtent souvent pour me demander de leur jouer quelque chose.

 La majorité de mes amis sont très différents de moi, principalement dans leur façon de penser. Avec mes amis palestiniens, nous avons grandi ensemble, nous sommes ici ensemble, et nous y sommes jusqu’à notre mort. Mais dernièrement la plupart d’entre eux ont changé, donc je les vois avec plaisir mais seulement quand je les croise. J’ai aussi des amis d’autres pays, que j’ai rencontrés lors de mes voyages à l’étranger. Il y a ceux que je croise et que je ne revois plus, et ceux que je revois d’une année sur l’autre. L’un de mes amis est danois, mais il pense comme un Palestinien. C’est incroyable !

Parmi les gens d’autres nationalités que je rencontre ici à Naplouse, comme les volontaires internationaux par exemple, je sais qu’il ne faut, en règle générale, pas leur faire confiance. Sauf ceux avec qui on travaille et que l’on voit vivre au quotidien, dans leurs relations de travail, etc. On peut être sympa, mais il ne faut pas trop s’impliquer. Si je dis cela, c’est parce que j’ai eu plusieurs mauvaises expériences. Il y a eu une fois un volontaire qui est resté 3 mois avec nous, avec qui nous nous étions liés d’amitié, qui nous soutenait dans notre quête de justice. Mais après être reparti, il s’est engagé dans l’armée israélienne, sur la base du volontariat. Alors qu’il avait vu les difficultés que nous rencontrons ici, il s’est engagé.

Après, je sais bien que tout le monde n’est pas comme ça. Nous avons une expression ici qui dit que « nos doigts ne sont pas tous pareils », ce qui veut dire qu’il ne faut pas faire de généralités ni enfermer les gens dans une case. Ce volontaire-là était juif, c’est pour ça qu’il s’est engagé dans l’armée. Mais je sais que la religion n’a rien à voir avec nos problèmes ici. Je n’ai pas de haine pour les jeunes israéliens, les juifs… Ils sont nés ici, tout comme nous sommes nés ici, alors que la situation était déjà ce qu’elle était. Notre génération n’a pas créé cette situation. Mais j’aimerais que nous puissions les accueillir comme des invités et non pas qu’ils viennent comme des colons.

T’intéresses-tu à l’actualité ? Y a-t-il un sujet qui te préoccupe particulièrement ?

Je ne suis pas particulièrement politisé. J’aime me renseigner pour savoir ce qu’il se passe ici au niveau de la politique ou de la guerre, mais pas dans le but d’en parler, simplement pour être au courant. Ce qui m’intéresse surtout c’est l’actualité culturelle, pas seulement en Palestine, mais dans le monde entier. Les films, la musique… Et j’aime aussi me tenir au courant de ce qui touche aux miracles de la nature, lorsque l’on voit ce que la Terre a de grandiose sans que l’homme n’agisse.

Parle nous des membres de ta famille, quelles sont tes relations avec eux ?

Je m’entends très bien avec ma famille. Je suis le 3ème sur 5 enfants, sachant que l’aîné est mort jeune, donc mes parents m’ont appelé comme lui en son honneur. Certains de mes oncles ont fait de la prison pour activisme politique, donc mon père s’est occupé de mes cousins et de mes tantes à ce moment-là. Il a construit un immeuble où nous habitons tous ensemble. J’ai donc grandi en étant très proche de toute ma famille.

Comme je suis le rigolo de la famille, j’ai de très bonnes relations avec tous.

Mes parents ont un grand cœur et l’esprit ouvert, donc cela ne les gêne pas que je voyage mais ils ont toujours peur pour moi.

As-tu une religion ? Quelle place prend-elle dans ta vie ?

Ma famille est musulmane, et très ouverte d’esprit. Pendant longtemps j’allais tous les jours prier à la mosquée, et maintenant je passe plus de temps à faire de la musique.

Maintenant, quels sont tes projets personnels et professionnels ?

Normalement je devrais bientôt partir enseigner la musique en Italie et en Pologne. Je vais y rester quelques années, ce qui me permettra d’apprendre beaucoup et d’avoir une certaine légitimité en revenant à Naplouse. J’aimerais ensuite devenir professeur à l’université. Mais mon rêve, mon projet à long terme, c’est de construire quelque chose autour de l’art et de la culture ici à Naplouse.

Que souhaites-tu au pays où tu vis ?

Encore plus de knafeh ! (le knafeh est une spécialité de Naplouse, une pâtisserie au fromage fondu, ndlr) Non, je plaisante. Je souhaite que nous puissions vivre en paix. Je souhaite que nous puissions voyager, nous déplacer plus facilement, sans avoir peur qu’il nous arrive quelque chose à nous ou à notre famille.

Et je souhaite aussi tous les bienfaits de la culture à notre pays. C’est vraiment quelque chose qui manque ici. Cela devrait nous aider à nous respecter nous-même, en tant que personnes comme en tant que peuple, pour pouvoir ensuite mieux respecter les autres.

---

Fiche d’identité :

Nidal a 23 ans. Après avoir étudié le commerce, il s’est tourné vers la musique et l’enseigne aujourd’hui dans deux écoles de Naplouse, sa ville d’origine où il a toujours vécu. Il joue de l’oud dans trois groupes différents, et a fait plusieurs séries de concerts en Europe.

Il corridoio della dignità

Attraverso la vicenda personale di Badheea, profuga siriana in Libano, e ora in Italia, il consigliere provinciale di Trento, Mattia Civico, racconta l'esperienza dei corridoi umanitari.

Un atlante dell'Olocausto

Con le mappe e i grafici della cartografa Mélanie Marie e la capacità di sintesi di Georges Bensoussan, questo libro si offre come uno strumento assai utile quale originale introduzione al tema della Shoah.

Europa, 14 secoli di incontro e scontro con l'Islam

In questo saggio Massimo Campanini offre uno studio comparato fra cristianesimo e Islam, oggi assai necessario e utile a chiunque non si accontenti dei luoghi comuni sul presunto “scontro di civiltà”.

L'Ultima Cena, prima di una lunga serie

Il libro del biblista Romano Penna prende le mosse dall’Ultima Cena di Gesù di Nazaret con i dodici apostoli, esaminandone i risvolti storici e quelli ideali. L’Ultima Cena fu in realtà la prima di una serie interminabile.

Una storia di naufraghi

Ambientato poco fuori Marsiglia, il film La casa sul mare induce a riflettere su temi importanti. La vita dei protagonisti, europei in crisi, ritrova luce nell'incontro con tre bambini immigrati.

La musica contro

Un pianista siriano, divenuto un simbolo per avere suonato fra le macerie presso Damasco, racconta la sua vita di vittima in fuga, la musica, il dramma della guerra.

Musica dai lager, un concerto a Gerusalemme

In Israele a metà aprile risuoneranno brani musicali composti nei campi di concentramento nazisti. Conservati nella memoria dei sopravvissuti, sono stati raccolti da un musicista italiano.

In Terra Santa coi francescani

Recarsi in Terra Santa è toccare con mano i luoghi in cui il Verbo di Dio è entrato nell'esperienza umana in Gesù di Nazaret. I frati minori della Custodia promuovono i pellegrinaggi con l'apposito Ufficio di Roma.