1 Prière - 1000 Vérités

L'abrupt chemin vers la quiétude


par Aline Jaccottet |  7 mars 2019

Michal trouve dans son lien à la nature et à la méditation les ressources pour affronter ses questions existentielles. Photo: Aline Jaccottet

Elle a pardonné au Palestinien qui l’a agressée et œuvre pour le dialogue, un engagement qui n’empêche pas Michal Froman, habitante de la colonie juive de Tekoa en Cisjordanie, de s’interroger profondément sur sa relation à Dieu et au monde.


Perché au sommet d’une colline de Cisjordanie, Tekoa ressemble davantage à un village de vacances qu’à l’idée que l’on peut se faire d’une colonie israélienne. Espaces verts soigneusement entretenus,  maisons coquettes, air pur et paysages à couper le souffle ont attiré des Israéliens de tous horizons. On compte même un certain nombre de religieux « hippies » parmi ses 4000 habitants. Véganisme, yoga, méditation, voyages en Inde : Tekoa passe pour être l’une des implantations les plus « new age » de toute la Cisjordanie.

L’homme à l’origine de cet état d’esprit alternatif, c’est Menahem Froman. Un rabbin, décédé en 2013, qui a œuvré toute sa vie pour que Palestiniens et Israéliens puissent vivre côte à côte en bénéficiant des mêmes droits, au nom de la foi monothéiste. Dans sa vision, peu importait que la terre soit aux mains des Israéliens ou des Palestiniens : ce qui comptait, c’est que les croyants des trois religions monothéistes puissent y vivre en paix. Une approche très marginale dans le monde religieux sioniste israélien, qui lui a cependant valu une grande notoriété et l’amitié de nombreux Palestiniens de la région.

Aujourd’hui, sa belle-fille Michal fait partie de ceux qui portent cet héritage d’ouverture. La trentenaire au look baba cool et à la voix douce, qui se forme à l’architecture et donne des cours de yoga, habite dans un grand appartement à la vue spectaculaire. C’est qu’il faut de la place pour la famille, dont les cinq enfants rentrent de l’école au moment où nous commençons à discuter. Parmi eux, la petite Shaked Ahava, une fillette qui a failli ne jamais voir le jour. En janvier 2016, Michal, enceinte, est poignardée au ventre par un jeune Palestinien. « Lorsque j’ai appris, dans l’ambulance, qu’il avait été blessé par nos forces de sécurité, j’ai d’abord ressenti de la satisfaction, puis j’ai réalisé que perpétuer le cycle de haine et de vengeances ne mènerait nulle part », raconte-t-elle avec un sourire. Michal guérit, donne naissance à sa fille et écrit à son agresseur auquel elle dit avoir pardonné. La jeune femme n’a jamais reçu de réponse, mais cet événement dramatique l’a poussée à s’engager pour le dialogue avec les Palestiniens. « Il faut imaginer un avenir différent, nous n’avons pas le choix », affirme-t-elle.

Au mois de février 2019, la violence du conflit s’est rappelée avec cruauté aux habitants de Tekoa à travers le meurtre de Ori Ansbacher, fille de leur rabbin. La jeune femme de 19 ans a été brutalement tuée par un Palestinien de Hébron. Ce dernier a évoqué des motifs nationalistes pour justifier son crime, qui a suscité beaucoup d’émoi en Israël. Un drame qui n’entame pas l’engagement de Michal pour le dialogue, un engagement mêlé à un attachement profond à la terre, au passé biblique. « Il suffit que je regarde ces collines pour sentir que ma vie a un sens », glisse la jeune femme avant d’étreindre sa fille Shaked Ahava.

 

Que représente Dieu pour vous ? 

Il est Celui dont j’espère qu’il sera toujours dans ma vie et que j’espère rendre heureux en tout. Nous ne détenons qu’une petite part de Lui en nous, mais il faut lui faire de la place. Mais mon idée de Dieu a beaucoup évolué ces dernières années. Récemment, j’entretiens une relation nouvelle avec lui. Ce n’est plus le vieux Dieu que je connaissais, c’est un Dieu nouveau.

Qu’est-ce qui a changé ?

Pendant dix ans, je l’ai imaginé comme une entité qui pouvait m’aider à accomplir quelque chose. J’allais prier dans la nature pour qu’Il m’accorde des enfants, une belle maison... Maintenant qu’Il m’a exaucée, il faut que ma relation avec Lui évolue, mais je ne sais pas vraiment comment.

Parvenez-vous à prier dans ce contexte ?

C’est très difficile. Un de ces derniers shabbat, j’ai été m’isoler dans la montagne pour lui dire merci, sinon j’ai beaucoup de peine à entrer en contact avec Dieu. C’est comme si la religion ne parvenait pas complètement à répondre à mon aspiration d’une vie authentique, en lien avec moi-même. Je suis un peu en crise existentielle. Il faudrait peut-être que je commence à méditer…

Etes-vous parfois en colère contre Dieu ?

Oui, quand je pense à ce conflit avec les Arabes qui s’éternise. Pourquoi une si longue haine entre nos peuples, un tel manque de compréhension de ce que Tu attends de nous ? Montre-nous que quelque chose évolue, donne-nous de l’espoir !

Dis-moi

comment tu pries?

TSM a décidé de rencontrer des croyants en prière. Comprendre le réel en plongeant dans l’invisible, c’est l’ambition de la série « 1 prière 1000 vérités ».

Tous les articles de la rubrique

Retrouvez tous les articles parus dans cette rubrique.

Sans liberté, il n'y a ni mélodie ni prière

Arabe chrétien de Nazareth, Nabil Abou Nicolas est musicien. Laïc consacré, il vit sa quête de Dieu à travers la Communauté Vie Nouvelle qui œuvre à l’unité de l’Eglise.

Quiz biblique 5

La composition, la théologie et le style poétique de l'Évangile de Saint Jean lui offre une place particulière en comparaison aux trois autres Évangiles dits "synoptiques". Il énonce la divinité de Jésus dont il fait le "Logos" incarné. C'est le thème de votre quiz de la semaine.

Du génocide arménien à la paix de Jérusalem

Arménienne et Palestinienne, Nora Carmi a transformé les souffrances du génocide et des guerres en force pour la paix. A la suite de son père et de son grand-père, cette chrétienne orthodoxe a consacré sa vie à l’harmonie religieuse dans Jérusalem.

Quiz biblique 4

Considéré comme l'Évangile de la miséricorde, le récit de Saint-Luc fait partie, avec Matthieu et Marc, des trois Évangiles synoptiques. C'est notre thème du quiz de la semaine.